Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Didier Paillard devant le lycée Suger.
Didier Paillard devant le lycée Suger.
J'étais hier avec le maire Didier Paillard et des militants Front de gauche devant le lycée Suger de Saint-Denis, afin de discuter avec les élèves et de s’assurer que tout ce passait bien avant la manifestation prévue à 11 heures à Paris. Un cortège en hommage à Rémi Fraisse et contre les violences policières.
La façade a été endommagée par un début d’incendie allumé par des casseurs. Les dégradations commises lundi dans la ville sont inacceptables et doivent être réprimées. Elles sont le fait de quelques individus qui ne se soucient guère des motivations des lycéens et des étudiants qui manifestent contre la violence d’Etat qui a conduit à la mort d’un jeune homme.
Voici le texte des parents du lycée Suger de Saint-Denis ont écrit suite à ces incidents. Ils m'ont demandé de le relayer sur mon blog... Ce que je fais bien volontier.
Les parents du lycée Suger de Saint-Denis s'adressent à vous

" Des parents s’adressent à vous,

Parents, lycéens, enseignants, équipe de direction, personnels administratifs et techniques.

QUE SE PASSE-T-il ?.............

Depuis plusieurs semaines, le lycée Suger est l’objet d’incidents, intrusions de jeune venant de l’extérieur , des lycéens perturbent les classes en intervenant dans les classes, avec des risques d’incidents plus grave, ainsi un CPE a été agressé sur un parking.

Vendredi 7 novembre, lundi 10 novembre entre 50 et 100 jeunes ont créés des blocus dans plusieurs lycées de la ville dont Suger dont la façade a été incendié.

Ces mêmes groupes ont investi le centre ville créant de nombreux incidents.

Pourquoi….quelles motivations….Que veulent dire ces jeunes…..qu’expriment-ils….. ?

Nous devons nous interroger ?

Dans notre ville de nombreux parents se mobilisent pour défendre l’égalité des droits et la réussite pour tous pour permettre à chacun de construire sa vie.

 Les bonnets d’ânes en ce moment, d’autres mouvements avant eux  dénoncent la situation catastrophique de nos écoles, professeurs non formés, absences des professeurs (des jours, des semaines, des mois sans remplacement), jusqu’à 40% de professeurs contractuels, 28 ans de moyenne d’âge depuis 10 ans, exemple vécu).

Cette situation a pour conséquence que beaucoup d’enfants, de jeunes déscolarisés  prennent le chemin de l’école de la rue sans diplôme.

A chaque rentrée, les lycéens du 93 connaissent un taux très élevé de sans bahut.

Cette situation nous la voyons se dégrader un peu plus chaque année. Des conditions d’apprentissage avec beaucoup trop d’enseignants pas formés ou mal formés. Chaque réforme voit son lot de déception avec des moyens qui se réduisent, nous devons réinterpeller les différents acteurs de l’éducation et nos dirigeants politiques.

Et ces jeunes largués par la société saisissent des opportunités d’actualité (ici Remi Fraisse) pour se frotter à la police et s’attaquer aux établissements dans lesquels ils n’ont pas trouvé leur place. Le rapport aux forces de police dans leur quotidien est aussi posé. Ces jeunes expriment par ces actes violents un fort ressentiment vis-à-vis des représentations de l’état.

Les parents se doivent d’intervenir, d’être aux côtés des lycéens, des équipes enseignantes qui ont dans plusieurs établissements posés des droits de retrait depuis la rentrée pour alerter face à ces situations dégradées, l’éducation nationale a ignoré ces alertes.

Face à la situation que le lycée vit actuellement, les adultes doivent prendre toute leur place pour construire des ponts et des échanges avec tous les acteurs de la vie scolaire.

L’institution scolaire doit tout faire pour libérer des espaces pour ouvrir des débats pour que la parole citoyenne soit entendue et que chacun apporte son expérience pour nouer des dialogues avec les jeunes du dedans et les jeunes du dehors, tous ces jeunes sont nos jeunes, les jeunes de la nation.

Sortons de nos bulles, ce qui se passe dans la rue nous en portons, chacun à notre place une part de responsabilité.

Si nous poursuivons dans ce monde de bulles, nous préparons un avenir sombre à notre jeunesse et à nous même avec une montée des violences et des haines.

Réagissons : préparons des rencontres, des échanges ne laissons pas la rumeur et les fantasmes se propager.

Les parents d’élèves du lycée élus au CA."

Tag(s) : #Saint-Denis, #Didier Paillard, #éducation, #Lycée, #Luttes, #Enseigants, #Parents, #Elus, #PCF-FDG

Partager cet article

Repost 0