Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lamentable expulsion à la Plaine ce matin...

Ce matin, à la demande de la SA HLM Vilogia la police a procédé à une expulsion de 11 familles qui squattaient un immeuble insalubre au 11 rue Langlier-Renaud, à la Plaine-Saint-Denis.

Je ne cautionne en aucun cas le fait d’occuper sans droit ni titre ces logements. Et je ne conteste pas la nécessité qu’il y avait à évacuer cet immeuble insalubre. Mais la méthode me révulse. Et plus encore l’irresponsabilité des représentants de l’Etat, qui n’assument pas leurs devoirs et se défaussent sur la ville.

Au petit matin, sans que ni les premiers concernés ni la ville n’aient été prévenus, les forces de l’ordre ont bloqué la rue, sonné chez les voisins pour leur demander d’enlever leurs véhicules afin que les camions de déménagement puisse se garer (le tout sans arrêté du maire sur le stationnement, par exemple !) ; elles ont fait sortir les familles en enfournant dans les camions leurs meubles et affaires, et ont directement muré l’immeuble (Le camion rouge qu’on voit au milieu de la rue est en train de décharger les parpaings).

Tout cela, c’est évident, nécessite une préparation logistique importante. Or, à aucun moment, alors que le concours de la force publique a été accordé par la préfecture, ni la mairie ni la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement.(DRIHL) n’ont été informées. Rien n’a donc été anticipé pour faire face aux conséquences sociales et humaines de cette expulsion !

Lamentable.

Toute la journée, les services sociaux et le Centre communal d’action social de la ville (que je tiens à saluer) se sont mobilisés pour tenter d’aider au mieux les familles.

Cet après-midi, le maire a écrit en urgence au Préfet de Seine-Saint-Denis pour « attirer (son) attention sur le besoin d’assurer l’hébergement d’urgence » des familles expulsées. Surtout, tout en rappelant que « l’occupation sans droit ni titre d’un immeuble dangereux ne pouvait perdurer », Didier Paillard indique au Préfet que « cependant, il faut déplorer que les conséquences sociales et humaines n’aient pas été anticipées lors de la mise en œuvre du concours de la force publique. Ainsi, il apparaît que la DRIHL n’a été ni associée, ni alertée, qu’aucune place d’hébergement d’urgence n’a été réservée et qu’il n’a pas été obtenu du propriétaire, par ailleurs bailleur social, une participation à la prise en charge des familles avec enfants.

Aussi je sollicite pour ces personnes l’activation du dispositif d’hébergement d’urgence du ressort et de l’obligation de l’Etat en vertu des articles L345-2-2 et L345-2-3 du Code de l’action sociale et des familles. Cette obligation a été rappelée avec force par l’arrêt du sonceil d’Etat du 10 février 2012 qui estime qu’ « il appartient aux autorités de l’Etat de mettre en œuvre le droit à l’hébergement d’urgence reconnu par la loi à toute personne sans abri » et qu’ « une carence caractérisée dans l’accomplissement de cette tâche peut faire apparaître (une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale » »

Dans ce contexte, je dis ma satisfaction que mon Parti, le PCF de Saint-Denis, affirme avec force « que face à cette violence sociale de grande ampleur que sont les expulsions locatives, les mobilisations citoyennes doivent s’amplifier. »

Et je soutiens sans l'ombre d'une hésitation l’appel qu’il lance pour que « dans le respect des identités et des points de vue de chacun, les associations ou organisations et citoyen-ne-s qui le souhaitent puissent mettre en place des chaînes civiques pour s’opposer aux expulsions locatives. » J’engage chacune et chacun à répondre à cette invitation, vendredi prochain 24 avril à 19h (37(bis) rue Paul-Eluard) « pour échanger sur la faisabilité d’une telle mobilisation civique et la mettre en place ».

Les interventions citoyennes, collectives, rassemblées et rassembleuses, avec celles et ceux qui subissent les expulsions sont à mon sens la meilleure réponse à apporter à l’incurie de l’Etat.

Tag(s) : #Saint-Denis, #Plaine-Saint-Denis, #Logement, #Expulsions, #Didier Paillard, #Elus

Partager cet article

Repost 0