Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je présente mes excuses aux militantes communistes, engagées génération après génération dans le combat féministe et dont aujourd'hui nous ne sommes pas dignes. Je les prie de m'excuser de n'avoir pas pu ou pas su trouver les chemins pour éviter un tel affront à leurs engagements.

Philippe Caro

Au PCF à Saint-Denis, on est pas des gonzesses !

Depuis hier soir et aujourd'hui, mes camarades —du moins celles et ceux qui ont le goût de l'inutile— votent. J'ai dit ICI ce que je pensais du processus de désignation du candidat de mon Parti pour les législatives de 2017 dans la circonscription nord de Saint-Denis, qui m'a conduit à refuser d'y participer. Je n'y reviens pas, vous pouvez aller lire.

Je pensais malgré tout, qu'un minimum d'apparences serait préservées, autour de symboliques essentielles : la diversité des candidats, la représentation sociologique et un truc de base en particulier, la parité... Naïf que je suis : même pas !

Je passe rapidement (car là n'est pas l'essentiel) sur le bulletin de vote (*) ubuesque soumis aux communistes. Qui n'a été soumis avant envoi ni au bureau de section, ni à une commission électorale qui n'a pas été mise en place. Et on comprend pourquoi : il s'agit moins d'un bulletin de vote que d'une profession de foi pour l'un des deux candidats. Qui affirme notamment aux militants que la candidature de l'un est « portée » par l'assemblée générale des communistes de Saint-Denis. Quand l'autre ne l'est pas, évidemment. Ce qui n'est pas exact : le candidat Stéphane Peu est bien venu expliquer en AG de Saint-Denis sa démarche (ce qui n'a d'ailleurs pas été proposé à l'autre). Mais il n’y a eu aucun vote, pas même à main levée. La démocratie ne fonctionne pas au « doigt mouillé » et ne peut se passer d’actes formels. Particulièrement lorsqu’il n’y a pas de consensus. Ce qui est le cas ici.

Mais en fait le plus grave pour moi est ailleurs. L'alternative soumise au vote en ce moment est 100% "couillue" : deux candidats, l'un de Saint-Denis et l'autre de Villetaneuse ; uniquement des hommes, aucune femme !

Bien sûr, la loi impose la mixité dans le ticket titulaire/suppléant. On respire : il y aura sur l'affiche finale une femme ! Sur la photo, en arrière plan... Mais cette alternative 100% testostérone qui est proposée porte un message clair : elle réduit la suppléante au rôle de plante verte, posée sur la photo, derrière le titulaire qu'on connait déjà.

Ce n'est pas très étonnant en fait : l'accélération par en haut du calendrier ne permet évidemment pas de réfléchir à un "ticket" gagnant, ni à l'émergence de candidatures alternatives plus diverses. Je dirai même que c'est le but recherché. Mais du coup, on en vient à une offre de choix qui est une gifle pour les 50% de la population mondiale qui ne sont pas outillés de l'appareil génital adéquat.

Il se trouvera encore au moment de notre congrès qui approche, des dirigeants de mon Parti pour s'émouvoir sur notre difficulté à féminiser nos instances ou nos représentations électorales. Les larmes versées seront celle de crocodiles : on ne trouve pas ce qu'on ne cherche pas !

Je suis un responsable local du PCF parmi d'autres. Et même si je suis élu par les militants de mon Parti au bureau de section local —quand d'autres qui y siègent et participent aux décisions ne le sont pas—, je ne suis pour autant pas plus habilité que les autres à parler seul au nom de la Section locale du PCF. Je ne le ferai donc pas.

Ceci dit, je peux au moins parler en mon nom personnel et vous dire la honte qui n'est la mienne aujourd'hui.

Je peux aussi présenter mes excuses, à défaut de celles de la section locale du PCF, à mes concitoyennes, à toutes les dionysiennes à qui aujourd'hui mon Parti fait un bras d'honneur.

Je présente mes excuses également à toutes ces femmes d'aujourd'hui comme d'hier, qui se battent ou se sont battues pour conquérir et défendre les droits des femmes. Et pour qui cette alternative 100% "couillue", qui les renvoie au rôle de plante verte, est une insulte.

Je présente enfin mes excuses aux militantes communistes, engagées génération après génération dans le combat féministe et dont aujourd'hui nous ne sommes pas dignes. Je les prie de m'excuser de n'avoir pas pu ou pas su trouver les chemins pour éviter un tel affront à leurs engagements.

----------------------

(*). Je précise à tourtes fins utiles qu'à la découverte de ce bulletin/profession de foi hier, j'ai demandé qu'il soit rectifié et/ou amendé. Demande restée sans suite.

Tag(s) : #PCF-FDG, #Elections, #Elus, #PCF, #Saint-Denis, #Débats, #Front de gauche, #Egalité, #Droits des femmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :