Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COMMUNIQUÉ relatif au retrait par le maire de Saint-Denis de ma délégation de conseiller municipal en charge du logement

Samedi 2 avril au matin, le maire de Saint-Denis m'a informé qu'il allait me retirer ma délégation d'élu en charge du logement. Cela prendra effet sous quelques jours. Il a informé dans la journée même les présidents des groupes d'élus de sa décision.

À aucun moment dans les explications que m'a donné Didier Paillard, il n'a été question de mon action sur le logement. Vendredi dernier, il m'a d'ailleurs demandé de le représenter lors de la conférence de presse à Stains, de maires qui signent des arrêtés contre les expulsions locatives.

Ne nous cachons pas la vérité, si je suis aujourd'hui privé brutalement de ma délégation au logement, c'est en fait :

pour avoir refusé fin mars qu'on augmente de 10% les taux d'impôts locaux afin de faire payer aux dionysiens et dionysiennes la cure d'austérité imposée aux collectivités par messieurs Hollande et Valls ;

pour avoir refusé l'augmentation de nos indemnités d'élus en décembre dernier et le manque de transparence qui régie leurs répartitions ;

pour avoir contesté le processus de désignation à la candidature aux législatives de 2017 pour le Parti qui nous est commun, le PCF, de mon collègue maire-adjoint de Saint-Denis, vice-président de Plaine Commune, vice-président de la Fédération Nationale des Offices HLM, membre du Bureau de l’Union Sociale pour l’Habitat, président de l’Office Publique Plaine Commune Habitat, président de la Coopérative pour l’Accession Sociale à la Propriété (CAPS), président de BâtiPlaine, président de l’Institut de Formation de la Maîtrise d’Ouvrage et de l’École de la Rénovation Urbaine, président du Conseil de Surveillance de la Société Foncière Commune, membre du Bureau du Conseil Région de l’Habitat, membre du Conseil National de l’Habitat, administrateur de l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France, administrateur de la SEM Plaine Commune Développement, administrateur de la SEM Deltaville et administrateur de la SOREQA, Stéphane Peu.

Même si l'oukaze du maire aura des conséquences dans ma vie personnelle et professionnelle, je suis serein. Je peux regarder les dionysiens bien en face, sans rougir et sans honte. Ça a un coût, mais ça n'a pas de prix !

Je suis cependant un peu triste. Pour les militants, et les électeurs et électrices qui nous ont confiés la gestion de cette ville pour 6 ans. Triste aussi pour les familles en mal de logement, dont je connais bien la situation difficile qui est la leur. Et pour qui je me suis engagé de toutes mes forces ces deux dernières années. Je ne crois pas que les décisions auxquelles je me suis opposé et qui me valent aujourd'hui mon éviction soient à la hauteur de leurs espérances.

Je demeure évidemment pour les 4 ans à venir un élu de Saint-Denis.

Un élu communiste et Front de Gauche, de la majorité, engagé par le projet municipal pour lequel nous avons été élu. Un élu déterminé à veiller à ce que notre majorité ne s'en écarte pas.

Un élu qui, délégation au logement ou pas, reste engagé pour la défense du droit au logement des familles de notre ville. Qui peuvent compter sur moi, tout particulièrement en cette période où certaines d'entre-elles vont être jetées brutalement à la rue.

Je suis et je reste un élu déterminé à défendre des valeurs quand certains s'égarent à défendre des intérêts.

Tag(s) : #Saint-Denis, #Logement, #Elus, #Didier Paillard, #Débats, #Front de gauche

Partager cet article

Repost 0