Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Mme Corraza, je ne vous connais pas.

Vous êtes proviseur du collège Elsa-Triolet de Saint-Denis. Et si je vous écris c'est que comme d'autres, j'ai vu dans la dernière livraison du Journal de Saint-Denis que l'un de mes collègues, conseiller municipal de la majorité, avait déposé une plainte contre vous auprès du Procureur de la République. Pour avoir —semble-t-il—, partagé sur votre page Facebook un article d'un site Internet local qui s'en prenait à cet élu.

Madame Corraza, je ne vous connais pas. Mais de ce que je lis depuis quelques jours, il semble que vous soyez une proviseur fermement attachée aux valeurs laïques de la République.

J'ai grandi dans un village près de Rennes où juste à côté de l'école de la République il y avait "celle des curés". Où les uns et les autres ne se fréquentaient pas beaucoup. Où une Église hégémonique se laissait parfois aller à passer les frontières de la vie privée pour se mêler de vouloir régenter la chose publique. Et où pour faire respecter ces frontières, il fallait parfois donner de la voix. Où les maîtres et maîtresses qui m'ont appris à lire, à écrire, à compter étaient de ce point de vue des "Hussards de la République" : dévoués à défendre la promesse de la République (pas toujours tenue, hélas !) de permettre à tous ses enfants de grandir ensemble, quelles que soient leurs origines et leurs convictions.

Alors pour ces "Hussards de la République" j'ai une vraie tendresse. Et je trouve plutôt rassurant pour notre République aussi bien que pour nos enfants, qu'il y en ait encore dans les établissements de l'Éducation nationale.

Madame Corraza, je ne vous connais pas. Mais je sais que le débat républicain peut parfois être virulent, voire violent. Mon collègue n'est d'ailleurs pas toujours le dernier à user d'un style polémique qui n'est pas des plus apaisé.
Pour tous, la Loi de la République est là pour limiter les excès. Alors soyons clair : si des propos tenus dans un article d'un site local à l'encontre d'un élu municipal contreviennent à la Loi, l'intéressé eut pu défendre ses droits en poursuivant ce site devant la Justice. Tel n'est pas le cas. Dans ces conditions, je ne vois pas en quoi la citation de cet article —par vous ou d'autres—, sur les réseaux sociaux constituerait un abus.

Je réprouve donc qu'on engage à votre encontre une procédure alors que le site qui a produit l'article que vous citez n'est pas mis en cause. Je réprouve qu'on use d'une fonction élective pour utiliser la Justice afin d'imposer le silence à un contradicteur, quoiqu'on puisse penser de ses idées. En règle générale, je réprouve qu'on utilise la Justice (qui a bien plus utile à faire !) pour régler un débat politique : cela affaiblit le débat démocratique aussi bien que ceux qui usent de cet artifice et montrent que La Bruyère avait raison, qui disait que « Les postes éminents rendent les grands hommes encore plus grands, et les petits hommes encore plus petits ».

Madame Corraza, je ne vous connais pas. Mais je vous assure de mon soutien et ma solidarité. »

Tag(s) : #Saint-Denis, #Collège, #Débats, #Elus, #Enseigants, #Egalité, #Liberté, #Fraternité, #République, #Solidarité

Partager cet article

Repost 0