Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Est-il possible que les JO 2024 ne soient pas qu'une affaire d'argent et oublieux des milieux populaires du territoire ? Ce n'est pas gagné. Mais je crois que c'est possible. Pour ça, il va falloir s'en mêler. Car il n'y a pas que de bonnes fées à se pencher sur le berceau des Jeux.

Philippe Caro

Pin's distribué au Forum des associations sportives de Saint-Denis, le 9 septembre.

Pin's distribué au Forum des associations sportives de Saint-Denis, le 9 septembre.

Les JO, je suis plutôt pour. Mais aussi très circonspect.

Pour, parce que pour notre territoire, Saint-Denis, ça peut-être un accélérateur de projets d'aménagements : en matière de logements avec le village Olympique à Pleyel ; en matière de transports avec la remise à niveau de la ligne 13 de métro, le prolongement du T8, la création du Grand Paris Express connecté aux RER B et D de la Plaine et à Pleyel ; en matière d'infrastructures sportive avec en particulier la piscine olympique à la Plaine.

Ce sont ces raisons qui m'ont conduit en son temps à voter au conseil municipal pour que Saint-Denis soutienne la candidature aux JO de 2024.

N'empêche, je suis aussi circonspect.

  • Parce que l'unanimisme béat qui accompagne ces jours-ci la « victoire de la France » et l'obtention des JO 2024 se heurte à une réalité : à bien y regarder, on a gagné contre qui ? Il n'y avait pas d'autres candidat…
  • Parce que tous les derniers JO ont vu leurs coûts exploser. Et que pourtant, comme aujourd'hui, aux moments des attributions il y avait toujours les gentils organisateurs qui juraient la main sur le cœur qu'eux, contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne dépasseraient pas les coûts prévus.
  • Parce que le sport est dans une dérive grave vers le sport-business ; avec son lot de scandales notamment à la tête du CIO. À la Plaine-Saint-Denis, comme beaucoup j'ai vécu la Coupe du Monde de foot de 1998 et l'Euro de 2016. Autant la première a été une fête populaire, autant le second a été largement privatisé par les grands argentiers du foot-business.
  • Parce que le gouvernement Hollande/Valls (auquel participait Macron) a supprimé la taxe sur les spectacles que versait le Stade-de-France (et surtout ses utilisateurs) à Saint-Denis ; qui permettait à la ville d'associer nos concitoyens aux grands évènements autour d'une foultitude de moments populaires.
  • Parce qu'au moment où la maire de Paris fait la fête pour "ses" JO, sur notre territoire elle compromet la pérennité du complexe sportif Nelson-Mandela. En acceptant de fermer le parking aux usagers pour le chantier du Grand Paris Express (et une partie des installation). Sans pour autant qu'en septembre des travaux aient encore commencé… Mairie de Paris qui ne tient pas non plus l'engagement qu'elle a pris avec l'US-Gazelec d'assumer le gardiennage qui permet au complexe d'accueillir des usagers après 18h.
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !
Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !

Parking du complexe Nelson-Mandela fermé aux usagers depuis juin à l'initiative de la mairie de Paris. En septembre il n'y a toujours pas l'ombre de travaux !

  • Parce qu'ils se dit déjà que la piscine olympique pourrait ne pas être accessible aux dionysiens après les Jeux.
    Les dionysien-ne-s pourront-il s'y baigner après les Jeux ?

     

  • Parce que le "chantier olympique" pourrait permettre aux pouvoirs publics d'en prétexter pour s'affranchir de quelques procédures publiques et règles d'urbanisme qui protègent encore notre territoire et surtout ses habitants. "Simplifications" ils diront…
  • Parce que sur le Village Olympique, les grands gagnants de l'après-Jeux seront les promoteurs immobilier bien plus que le logement HLM (Et les 7500 familles demandeuses d'un logement social dans notre ville) qui ne bénéficiera que d'une part réduite des logements "recyclés" du Village.

     

  • Parce que ceux que je vois déjà se frotter les mains, ce sont les promoteurs et les grands groupes du BTP, qui savent bien les opportunités que crée pour eux un tel contexte et commencent déjà à faire les comptes des profits à venir. À cet égard, le pin's distribué en masse au Forum des associations sportives de Saint-Denis le 9 septembre dernier est très symbolique (je vous l'ai mis en photo) : le logo de Bouygues y occupe les 2/3 et logo des JO 2024 le dernier tiers !
  • Parce que notre territoire pourrait bien être la proie d'une spéculation immobilière féroce. À laquelle tout le monde n'a pas forcément la volonté de résister… Qui aura pourtant pour conséquence d'exclure bon nombre de nos concitoyen-ne-s de notre ville.

Bref, les JO 2024 je suis plutôt pour. Et ils peuvent-être une belle fête du sport. Mais ils présentent aussi des risques. Et pour qu'ils ne se transforment pas en cauchemar, il va falloir avoir en tête cette plaisanterie : « Des spécialistes ont construit le Titanic ; des amateurs l'Arche de Noë ».

Est-il possible que les JO 2024 ne soient pas qu'une affaire d'argent et oublieux des milieux populaires du territoire ? Ce n'est pas gagné. Mais je crois que c'est possible. Pour ça, il va falloir s'en mêler. Car il n'y a pas que de bonnes fées à se pencher sur le berceau des Jeux.

Tag(s) : #Saint-Denis, #Plaine-Saint-Denis, #Débats, #Logement, #Sport, #Argent

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :