Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai reçu hier un petit compte-rendu (que je vous propose ci-dessous intégralement) du rendez-vous de vendredi des expulsé-e-es du 168 avenue du Président-Wilson à la préfecture. Une rencontre dont je faisais état ICI.

Vous le verrez à la lecture : ça n'avance pas beaucoup côté préfecture. Dont la volonté d'assumer ses responsabilités n'est à l'évidence pas manifeste. Et qui semble "jouer" l'enlisement...

J'ai déjà eu l'occasion de le dire : les problématiques soulevées par l'expulsion (et les conditions de cette expulsion) de ces familles ne trouveront sans doute pas de solution du côté de la ville, car elles ne relèvent globalement pas de ses compétences.

Je crois pourtant que nous pouvons peser pour que des solutions soient recherchées et trouvées par la préfecture. À lire le compte-rendu ci-dessous, ça ne semble malheureusement pas être le cas.

Je regrette en particulier qu'aucun de mes collègues de la majorité municipale dont cette question relève à un titre ou un autre de leur délégation, n'ait accompagné ces familles à la préfecture pour faire valoir le point de vue de la ville.

Ce pourrissement de la situation n'est pas à la hauteur des souffrances des familles expulsées, qui vivent depuis août dans des conditions indignes et de plus en plus pénibles à mesure que le froid s'installe.

Ce n'est pas respectueux non plus des habitants du quartier qui ont quotidiennement ce campement sous leurs fenêtres.

À toute fin utile, je rappelle à mes collègues de la majorité que dans le projet municipal pour lequel les dionysiens ont élu notre équipe, nous nous sommés engagés (page 9) à : « Ensemble agir pour : La fin des expulsions pour raisons financières sans proposition adaptée de relogement. Le respect par l'État de son obligation d'hébergement par des places en nombre suffisant, stables, dignes et orientées vers des solutions de relogement. Le logement est un droit, aucun habitant ne doit être laissé à la rue. »

Pour discuter des suites à donner, une réunion est organisée par les habitant-e-s du 168 et les associations, ce mardi 8 novembre à 19h à la Bourse du travail (9-11 rue Génin).

Par ailleurs quelques habitant-e-s de la Plaine se sont donnés rendez-vous jeudi prochain à 13h30 devant l'école rue Saint-Just avec l'idée « d'aller prendre contact avec les familles expulsées et de faire le point sur leurs besoins immédiats (alimentation, habits, hygiène, soutien par une pétition, etc.) »

Dans la mesure de vos possibilités, je vous engage à participer à ces rendez-vous.

« Compte rendu de la réunion entre les habitants du 168 Wilson et la préfecture.

Vendredi dernier, 4 novembre, la préfecture avait enfin décidé une réunion avec les habitants du 168. Pour  rappel ils ont été expulsés le 25 août et ils campent depuis plus de 2 mois en face de leur immeuble.

Le ton a été donné dés le début de la réunion par la délégation de la préfecture : 7 personnes avec Mathieu Lefebvre, sous préfet et directeur du cabinet du préfet, dont le secrétaire de la sous préfecture, une responsable des régularisations administratives, une pour la sécurité publique, 2 flics, autant dire une certaine façon d’aborder la discussion avec les habitants.

Eux étaient 3, Madame Assa Koné, Monsieur Binaté, Monsieur Ernest Kouakou. Pour les associations, Isaac Diallo pour l’Union Fraternelle de la Plaine, et Jean-Marc Bourquin pour le RSL.

La ville était aussi invitée par la préfecture à cette réunion. Pour rappel les habitants avaient interpellé le maire qui avait finalement apporté sou soutien à leur lutte. La ville est intervenue auprès de la préfecture pour obtenir précisément cette réunion. Mais le jour de la réunion plus personne ! Ou presque. Plus d’élus pour appuyer les habitants et la directrice du cabinet du maire qui à la dernière minute se désiste laissant la chargée de mission seule dans le rôle d’observatrice. Pas d’intervention, pas de soutien. Quel fiasco ! Clairement la ville a tellement peur de devoir se mobiliser pour les habitants qu’elle pratique la chaise vide ! C’est à ce genre d’actes qu’on mesure l’écart entre les proclamations de solidarité et la réalité.

À part cela le sous préfet a tout justifié et tout couvert. De l’expulsion aux affaires murées dans l’immeuble. Il n’a eu à la bouche que les mots de « respect des règles », « état de droit » sans s’étouffer. Interpellé sur l’absence d’hébergement il a renvoyé, tranquille, au 115 dont le budget et ses prises en charges sont en constante augmentation ! Langue de bois, cynisme, réponses auxquelles il ne croit pas lui-même mais qui servent à sauver la face, et qui renvoient les habitants à leur exclusion.

Seule concession une intervention de la préfecture pour demander à l’huissier la mise en garde-meuble des affaires pour que les habitants les récupèrent. Mais il n’a rien à dire sur l’incendie qui a détruit une partie de celles-ci, renvoyant la responsabilité à l’huissier et au propriétaire. Lui il n’a fait qu’autoriser le concours de la force publique…

Sur les régularisations il a renvoyé au régime général se refusant même à l’ouverture d’un bureau particulier. Rien sur l’hébergement, renvoyant les habitants à des demandes individuelles au 115. Rien sur la protection de l’enfance, rien sur les personnes en difficultés (femmes enceintes ; malades, …). Rien sur les conditions que vivent les habitants sur le campement par les froids que l’on connaît.

La délégation s’est bien battue. Mais à l’évidence c’est la faiblesse du soutien large qui rend bien faible le rapport de force, seule chose que ces gens sont capables d’entendre. Il est évident que dans le contexte de l’hébergement des migrants de Calais à Paris, on ne peut que constater le recul du droit des exclus du logement.

Une réunion est prévue avec les habitants, mardi 8, à 19h à la bourse du travail, pour discuter des suites. Tous les soutiens sont le bienvenu.

JMB/Réseau Solidarité Logement (RSL) »

Tag(s) : #Saint-Denis, #Plaine-Saint-Denis, #Logement, #Expulsions, #Loyers, #Débats, #Luttes, #Droits, #DALO, #Elus

Partager cet article

Repost 0