Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?
Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?

Depuis des mois, la lumière de la cour de l'école Robespierre reste illuminée de nombreuses nuits. Je vous met ci-dessus un (tout petit) échantillon des clichés que j'ai pu faire des soirs en passant près de l'école.

Depuis des mois j'interviens pour que cesse ce gaspillage, auprès des services municipaux compétents et des élus en charge des écoles. Sans succès.

Alors jeudi dernier en conseil municipal j'ai demandé « si quelqu'un pouvait éteindre la lumière ». Ce qui m'a valu une réponse de la maire-adjointe en charge (notamment) des bâtiments scolaires qui me laisse perplexe :

« Et par ailleurs sur la lumière il suffit d’appuyer sur le bouton. Encore faut-il que la personne chargée d’appuyer sur le bouton arrête de refuser de le faire. »

Fabienne Soulas, maire-adjointe en charge des bâtiments municipaux, CM du 2/3/2017.

Lors de ce conseil municipal, un point à l’ordre du jour portait sur le groupe scolaire Lendit-Robespierre, à la Plaine. Je me suis donc fait le porteur de deux choses auprès de mes collègues :

D’abord de la volonté des deux conseils d’écoles de ne pas revivre la rentrée catastrophique de cette année, suite aux importants travaux réalisés par la ville pour réhabiliter complètement —sur quelques années— le groupe scolaire Lendit-Robespierre. Et d’une demande précise : que se tienne rapidement un conseil d’école exceptionnel conjoint des deux conseils d’écoles. Avec donc réunis au même moment les parents des conseils, les équipes enseignantes, les élus des conseils d’écoles, et les élus et services municipaux concernés (éducation, enfance, bâtiments scolaires).

Ensuite, j‘ai demandé « si quelqu’un pouvait éteindre la lumière ? » Car depuis la rentrée scolaire, et après les travaux de l’été, très régulièrement et pendant de longues périodes, toutes les lumières et projecteurs de la cour de l’école Robespierre restent allumées.

Depuis plusieurs mois, j’ai alerté les services municipaux (ceux chargés de l’éducation et des bâtiments scolaires), le directeur général des services municipaux (à qui j’ai adressé régulièrement des photos de la cour illuminée les soirs) et les élus concernés.

Rien n’y a fait.

Il y a bien eu des périodes de rémissions. Où la cour était éteinte.

Mais régulièrement le problème réapparait. Et dans ce cas c’est reparti pour des nuits et des nuits avec la cour illuminée plein pot. C’est le cas en ce moment.

D’ailleurs en rentrant jeudi soir du conseil municipal, j’ai fait cette photo (où on remarquera qu'en plus, le rez-de chaussé du bâtiment est allumé ; et aussi que là en bas à gauche, la porte qui donne du bâtiment sur la cour est ouverte !) :

(Cour de l'école Robespierre, jeudi 2 mars vers 23h30)

(Cour de l'école Robespierre, jeudi 2 mars vers 23h30)

Et puis ce dernier samedi soir, j’ai aussi fait cette autre photo, avec là encore la porte du bâtiment donnant sur la cour grande ouverte :

(Cour de l'école Robespierre, samedi 4 mars vers 21h30)

(Cour de l'école Robespierre, samedi 4 mars vers 21h30)

Et il arrive même certains week-ends que les projecteurs de la cour restent allumés aussi le jour (en plus de la nuit) :

Il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?

Alors en désespoir de cause lors du dernier conseil municipal, j’ai fait remarquer qu’ « on explique aux parents, aux élèves, à tout le monde, qu’il faut faire des économies. Et nous on laisse allumé l’école et la cour d’école, à la vue de tout le monde ; allumée des nuits et des nuits. C’était encore le cas ce week-end, la semaine dernière... »

La réponse de la maire-adjointe en charge (notamment) des bâtiments scolaires, Fabienne Soulas, me laisse perplexe. Elle est laconique. Je cite intégralement : « Et par ailleurs sur la lumière il suffit d’appuyer sur le bouton. Encore faut-il que la personne chargée d’appuyer sur le bouton arrête de refuser de le faire. »

Heu… Et c’est tout ? Bon. Mais ça fait 7 mois que ça dure… Alors qui lui demande « à la personne chargée de... » ? Elle n’aurait pas un peu d’autorité hiérarchique, la maire-adjointe en charge des bâtiments communaux ? Ou son homologue chargé de l’éducation ? Ou le maire ?

Mais enfin ? C’est quoi cette assemblée de grands timides ?

Je note que la même élue est aussi en charge du Centre technique municipal (CTM). Là où les douanes ont trouvé une demie-tonne de résine de cannabis.

D'un coup je comprends mieux : Si un malheureux a signalé à la maire-adjointe qu’il y avait un type un brin louche stockait au CTM des produits naturels pas très légaux, j’imagine qu’il s’est attiré une réponse du genre : « Et par ailleurs sur les 500 kg de résine de cannabis il suffit de coller une pancarte à l’entrée indiquant : « ne pas stocker 500 kg de résine de cannabis ici ». Encore faut-il que la personne chargée de coller la pancarte arrête de refuser de le faire. »

Tout ceci éclaire d’un jour nouveau le naufrage de la gestion du CTM. Et je me dis qu’il n’y a peut-être pas que la cour de l’école Robespierre à être illuminée ?

---------------------------

Vous pouvez retrouver les échanges sur cette questions sur le site Internet de la ville :

Tag(s) : #Saint-Denis, #Plaine-Saint-Denis, #éducation, #Budget, #Service public

Partager cet article

Repost 0