Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après les faits graves survenus au Centre technique municipal, le maire a dirigé toutes ses mesures exclusivement vers les agents communaux du bas de l’échelle. Il a dans le même temps décidé de promouvoir comme directeur général de l'administration communale celui qui jusqu'ici était le directeur général adjoint (DGA) en charge du CTM. Dont nous avons tous compris que la gestion était un naufrage !

Dans le contexte actuel, cela consiste à donner une promotion à celui dont la fonction professionnelle était de savoir ce qui se passait au CTM et d'agir. Ce qui ne semble pas avoir été le cas. Soit parce qu'il ne savait pas. Soit parce que sachant, il n'a pas agit. Dans les deux cas cela constitue un problème. Et cette décision du maire n'est pas appropriée.

Lors du conseil municipal d'hier soir, je suis intervenu sur le sujet. Avant d'être interrompu par le maire, qui a tout de même confirmé cette promotion.

Voici donc mon intervention intégrale au conseil municipal d'hier soir (en rouge figure la partie que je n'ai pas pu prononcer en raison de l'interruption du maire) :

« Il y a dans la « liste des décisions du maire »,  une décision que je ne vois pas apparaître. Et je m’en étonne.

Hier, vous avez arrosé de pétillant et de petites douceurs lors d’une réception en mairie, le départ du Directeur général des services municipaux vers d’autres cieux. Dont acte. Et je lui souhaite au passage de s’épanouir pleinement dans ses futures responsabilités professionnelles.

La nomination du Directeur général des services et de ses adjoints relève, dans le statut de la fonction publique territoriale, directement du maire. Il s’agit de ce qu’on appelle les « emplois fonctionnels ».

Comme il s’agit de cadres supérieurs collaborateurs proche du maire, les règles qui permettent au maire de les recruter et de s’en séparer sont plus souples que pour les autres fonctionnaires territoriaux.

Le remplaçant du partant est —sauf erreur de ma part, que vous allez pouvoir démentir ce soir— celui qui jusqu’ici était son adjoint, en charge en particulier du Centre technique municipal de notre ville.

Et c’est là qu’il y a un problème.

Car dans la chaîne de responsabilités sur ce qui s’est passé au CTM, du côté des cadres supérieurs municipaux c’était de sa responsabilité professionnelle directe de savoir et d’agir.

Donc : soit il savait et n’a pas agit. Et c’est un problème. Soit il ne savait pas. Et c’est aussi un problème.

Sur ce point, comme sur de nombreux autres, l’enquête administrative que vous avez fait réaliser à près de 1000 € la page, n’apporte pas d’éclairage.

Il faut dire qu’elle n’éclaire pas grand chose cette enquête. Car enfin, qu’a-t-il découvert ce vieux monsieur que vous avez tiré de sa retraite (moyennant rétribution, tout de même !) pour pondre cet opuscule de 13 pages ? Qu’il y a, je cite « une mise en sécurité du Centre Technique Municipal globalement défaillante » ; et « un gardiennage sans aucune efficacité » ; et « un système de vidéo surveillance défaillant »…

La belle affaire ! Les douanes ont trouvé une demie-tonne de résine de cannabis sur le site ! Évidemment qu’il y a des « une mise en sécurité du Centre Technique Municipal globalement défaillante » ! On l’a tous compris, ça ! Depuis octobre 2016 !

Mais revenons-en à l’impétrant que vous voulez promouvoir —ou peut-être l’avez-vous déjà fait ?— comme chef de l’administration communale.

Je salue les qualités relationnelles de l’homme. Que j’ai eu l’occasion d’apprécier à plusieurs reprises durant mes trois premières années du mandat municipal. De cela je le remercie.

Mais du reste —je veux dire de sa gestion du CTM—, là pour le coup je pense qu’il aurait aussi fallu le remercier. Mais avec un tout autre sens dans ce cas pour le mot « remercier » : un sens qui prend la direction de la porte.

Car soit il savait ce qui se passait au CTM et n’a pas agit, soit il ne savait pas. Mais dans les deux cas il a pour le moins failli à sa fonction professionnelle.

Il eut donc été sain pour remplacer le partant :

  • Soit d’attendre les conclusions d’un vrai travail pour une recherche lucide de la vérité avec la commission d’information et d’évaluation. Dont vous ne voulez manifestement pas mais qui verra le jour. Je regrette de ce point de vue que vous ayez décidé de « jouer la montre » alors que vous aviez l’occasion de dépasser la crise en créant les conditions d’une démarche unanime du conseil municipal.
  • Soit vous auriez pu aller chercher le chef de l’administration à l’extérieur de l’appareil administratif municipal de Saint-Denis.

Au lieu de ça, suite aux faits survenus au CTM : D’une part vous dirigez toutes les mesures exclusivement vers les agents communaux du bas de l’échelle. Et d’autre part, si cette nomination est confirmée, vous décidez dans le même temps de promouvoir l’un des principaux responsables au moment des faits, de l’administration du CTM… Dont nous avons tous compris depuis la descente des douanes en octobre 2015 que sa gestion était un naufrage !

Du coup, alors qu’un conflit se déroule au CTM, vous avez désigné comme interlocuteur pour en sortir quelqu’un qui potentiellement pourrait-être considéré comme juge et partie. Ce faisant, vous concourrez à la prolongation de ce conflit, bien au delà du raisonnable.

Notre ville, ses habitants et ses agents communaux ont besoin d’exemplarité. Cette décision du maire, si elle est confirmée, est tout sauf exemplaire. »

Tag(s) : #Saint-Denis, #Service public, #Personnel communal, #CTM, #Grève, #Elus, #Laurent Russier, #Débats

Partager cet article

Repost 0